Le CBSP attend toujours l’aval des autorités égyptiennes pour pouvoir acheminer le convoi humanitaire « Miles of Smiles », de Port-Saïd à Rafah

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

 

Paris, le 27 octobre 2009 – La situation semble s’enliser à Port Saïd pour l’opération « Miles of Smiles for the children of Gaza ». Voilà maintenant 11 jours que le convoi humanitaire attend l’aval des autorités égyptiennes pour pouvoir être débarqué de Port-Saïd et être acheminé jusqu’au passage frontalier de Rafah. Ce ne sont donc pas moins d’une centaine de personnes en provenance de toute l’Europe : France, Suisse, Allemagne, Grande-Bretagne… et accompagnant l’action humanitaire qui se retrouvent dans l’attente du précieux laissez-passer.

Des négociations incessantes avec les autorités égyptiennes

Camel Bechikh, l’un des représentants du CBSP sur place, nous confirme que malgré les négociations permanentes avec les autorités égyptiennes, rien ne semble vouloir se dénouer : la route reliant Port-Saïd à Rafah à clairement été interdite aux convoyeurs. La raison ? Assurer la sécurité du convoi demanderait une logistique par trop complexe à mettre en œuvre : 3 000 policiers à mobiliser serait ainsi manœuvre impossible affirment les autorités égyptiennes.

Faire transiter le convoi via El-Arich : une alternative difficilement réalisable

Une alternative a néanmoins été soumise aux associations organisatrices de l’opération : débarquer le convoi au port d’El-Arich, situé à la frontière avec Gaza.

Ce qui ne constituerait qu’une première étape à franchir puisque d’autres négociations seront à venir pour pouvoir traverser le passage frontalier de Rafah dans l’optique d’atteindre Gaza.

Si la proposition semble intéressante elle reste irréalisable. En effet, le port d’El-Arich, de par sa superficie ne peut techniquement accueillir les bâtiments maritimes de grande taille comme ceux qui doivent être affrétés pour acheminer le convoi humanitaire.

Ces complications n’entament en rien la volonté et la détermination des convoyeurs, bien décidés à résister à l’usure psychologique qui tente de leur être infligée. Leur objectif de faire parvenir coûte que coûte les 100 minibus contenant du matériel médical et scolaire aux enfants et aux populations de la bande de Gaza et des territoires occupés reste inchangé.

L’attente se poursuit.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »